Hotel Paradis

By Cyril Mouty

Qui n’a jamais passé la nuit dans une chambre d’hôtel ?

Si c’est votre cas, vous êtes-vous déjà posé cette question : Que s’est-il passé entre ces quatre murs ?

Qui a occupé cette chambre ? Et pour y faire quoi ? Combien ont déjà étendu leur corps sur ce lit, se sont regardés dans le miroir ou ont touché cette télécommande ? 

Cette chambre propre, conforme, lisse et sans trace a été rebootée pour effacer toute marque de passé et débuter une nouvelle histoire, un moment de vie neuf. Elle ne laisse paraître que luxe, confort et bien-être. 

Mais si vous pouviez savoir ce qui s’est déroulé ici, aimeriez-vous le découvrir ? Et plus important encore, y dormiriez-vous malgré tout ?  

Les chambres d’hôtel ont toujours eu pour moi un aspect fascinant et mystérieux. Elles sont le décor de nombreuses scènes intimes qui peuvent être bouleversantes, terrifiantes ou merveilleuses.

A travers ce projet, je souhaite montrer comment un même cadre peut se transformer au contact des gens qui y vivent, même pour un court moment.

Avant d’être photographe, j’ai travaillé plusieurs années dans des hôtels de prestige. J’ai occupé la fonction de directeur du room service pendant plus de deux ans dans un palace Parisien. Cette expérience m’a marqué et montré comment l’espace de la chambre d’hôtel peut devenir le reflet de la personnalité et de l’état d’esprit de la personne qui y séjourne. Je commençais dès lors à être spectateur de ce projet que je viens seulement de finaliser cinq années plus tard.

Que ce soit pour un évènement particulier, un séjour en famille ou déplacement professionnel, qu’il s’agisse d’un couple ou d’une personne seule, la chambre devient une pâte malléable qui se modèle selon les tourments et modes de vie. Si la plupart d’entre nous restons dans une certaine “normalité”, d’autres en revanche s’approprient complètement l’espace. Nous assistons alors à la métamorphose d’une chambre classique en propriété personnelle qui tourne rapidement à une reproduction fantasmatique ou fantaisiste de tous les vices et lubies i(ni)maginables.

Et si les murs pouvaient parler, voici certainement ce qu’ils vous raconteraient…

 

 

 

 

 

 

Who has never spent the night in a hotel room?

If so, have you ever asked yourself this question: What happened between these four walls?

Who occupied this room? And to do what? How many has ever laid their body on this bed, looked in the mirror, or touched this remote?

This clean, compliant, smooth and streak-free room has been rebooted to erase any mark of the past and begin a new story, a new moment of life. It only reveals luxury, comfort and well-being.

But if you could find out what happened here, would you like to? And more importantly, would you sleep there anyway?

Hotel rooms have always been fascinating and mysterious to me. They are the backdrop for many intimate scenes that can be overwhelming, terrifying or marvelous.

Through this project, I want to show how the same framework can be transformed in contact with the people who live there, even for a short period of time.

Before becoming a photographer, I worked for several years in prestigious hotels. I worked as room service director for over two years in a Parisian Palace. That experience marked me and showed me how the space of the hotel room can become a reflection of the personality and state of mind of the person who stays there. From then on, I began to be a spectator of this project which I just completed five years later.

Whether it is for a particular event, a family trip or a business trip, whether it is a couple or a single person, the bedroom becomes a malleable paste that is shaped according to the torments and lifestyles. While most of us stick to a certain “normalcy,” others take full ownership of the space. We then witness the metamorphosis of a classic bedroom into personal property which quickly turns into a phantasmal or fanciful reproduction of all the vices and whims that can be imagined.

And if the walls could talk, this is probably what they would tell you …

 

 

One Reply to “”

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *